La 5e Vague, tome 3 : La Dernière Étoile de Rick Yancey

The Last Star cover

L’ennemi, c’est l’Autre. L’ennemi, c’est nous. Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu’elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver…
Sous ces énigmes se cache une vérité : Cassie a été trahie. Pareil pour Ringer. Pour Zombie. Pour Nugget. Et pour les 7,5 milliards d’humains qui peuplaient notre planète. Trahis en premier lieu par les Autres, et maintenant par nous-mêmes.
En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre vont être confrontés au dilemme ultime : sauver leur peau… ou sauver ce qui nous rend humains.


REVIEW

gif
Pffou. Je me sens complètement vidée. JE SUIS VIDE.
J’ai été exposée à une trop grande dose d’émotions fortes d’un coup. Trop de morts, trop de tristesse, trop de tout. C’est un sentiment atroce et merveilleux à la fois !

J’écris cette chronique en écoutant une musique triste, ce qui n’arrange pas mon cas.

Je ne sais pas si c’était le meilleur moment pour entamer ce tome final, qui, je le savais, serait déchirant—faut dire que demain j’ai l’oral du bac de français. Comme je suis en état de stress permanent depuis deux jours, j’aurais pu apprécier davantage ce livre si je ne l’avais pas lu durant cette période. La Dernière Étoile est suffisamment stressant comme ça, pas besoin d’en rajouter, ahah !

J’avais mis 6/5 pour les deux premiers livres, mais ici je vais me contenter d’un 5/5 qui reste une note élevée, on est d’accord ! Évidemment, La Dernière Étoile est un coup de cœur, comme tout le reste de la série. Évidemment, c’est un final à la hauteur qui m’a complètement satisfaite et ravagée à la fois. Mais le truc qui m’a fait moins apprécier ce tome que les autres (un poil moins, c’pas non plus la cata : 5/5 LES GENS) c’est l’atmosphère que j’ai trouvé un peu moins… angoissante. Dans un certain sens, elle l’était toujours, mais je sais pas, je trouve que c’était différent. En même temps c’est normal, on est plus habitué aux personnages maintenant.

Les points de vu changeaient plus rapidement et on avait plus de mal à s’attacher à un personnage en particulier. Dans le tome 1, j’ai trouvé Cassie parfaite et dans le tome 2, Ringer était une super-badass-ninja-déesse ! Ici, je ne saurais dire lequel s’est démarqué le plus. Et à chaque fois qu’on nous lâchait une bombe—c’est le cas de le dire—hop, on changeait de point de vue. ARGH.

Tous les personnages ont joué leur part de l’histoire. Le développement de leur caractère était super et celui de Ringer était plutôt intéressant. Les sacrifices étaient plus élevés, les blessures plus profondes. Mais, même avec tout ça, j’ai moins accroché aux personnages ! Donc le choix de ma note se base principalement sur ça et sur mon ressenti comparé avec les tomes précédents.

Assez parlé du « négatif ». Il est temps que je vous exprime tout mon amour pour cette magnifique saga et ce troisième tome !

Encore une fois, j’ai était subjuguée par la plume de l’auteur. Je le dis et je le redis : je m’incline devant chacune de ses phrases et chacun de ses mots. POIGNANT, SUBLIME et PROFOND. Pour moi, toutes ses phrases sont dignes d’être citées ! On peut en faire des citations cultes tellement chaque mot vous touche en plein cœur.

Et je suis encore plus que cela. Je suis aussi tous ceux dont ils se souviennent, ceux qu’ils ont aimé, qu’ils ont connus, et tous ceux dont ils n’ont fait qu’entendre parler. Combien d’êtres sont contenus en moi ? Comptez les étoiles. Continuez, et comptez les grains de sable. C’est moi.
Je suis l’humanité.

Cette fin était parfaite ! J’ai adoré la manière dont on est parvenu à la résolution de l’histoire : j’ai trouvé ça tellement beau mais si triste. SUPER TRISTE. #IMCRYING
Bien que pour la toute dernière partie du livre je ne suis pas sûre de comment tout ça va évoluer puisqu’on n’a pas le droit à un bond de quelques années dans le futur pour voir comment tout se reconstruit, etc.

Mais après toute cette rafale de sentiments que j’ai ressenti durant ma lecture, JE ME SENS VIDE. C’est comme si je disais adieu à de très bon amis. Je ne reverrai plus ces personnages qui ont tellement souffert. Et j’ai l’impression d’avoir souffert avec eux durant toutes leurs aventures. Donc, oui : LE VIDE. Et la tristesse, aussi.
gif
Prenons quelques minutes rien que pour le plaisir de contempler cette MAGNIFIQUE COUVERTURE. #SHINYYY
photo

star star star star star


cookie Soline
Soline est passionnée de graphisme, codage, livres, séries & cookies. Vous pouvez la retrouver sur son site MilkyWayGraph ou tout simplement rester ici et apprécier la qualité de ses fabuleux articles !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s